top of page

La Suisse moderne à 100 ans !

Intervention modifié lors de la séance au parlement le 01.03.23 Pour le 100e anniversaire de la Suisse moderne, le Parlement - presque à l'unanimité - a créé l'AVS. Il l'a ensuite développée tout au long des décennies suivantes. Et pour le 175e anniversaire de la Suisse moderne, la droite d'aujourd'hui augmente l'âge de la retraite des femmes et abaisse les rentes du deuxième pilier.


Alors je dois vous dire que je préfère la droite archaïque à la droite moderne et que je trouve dans l'une de mes interventions au parlement comme sous-titre "Modernisation de la prévoyance professionnelle" particulièrement malheureux. En fait, vous auriez bien mieux fait de rester comme vous l'étiez dans les décennies précédentes où, ensemble, l'on pouvait développer la prévoyance vieillesse et non pas commencer petit à petit à la démanteler.


C'est la raison pour laquelle, j'ai appelé pendant cette séance au nom du groupe socialiste, à soutenir la proposition Roduit, qui a au moins la sagesse de ne pas survendre ce paquet et de le présenter pour ce qu'il est: une réforme. C'est un terme neutre qui n'essaye pas de compenser par un bel emballage un mauvais contenu. Pour les autres propositions de minorité de ce bloc, je vous invite à soutenir la majorité de la commission s'agissant du rapport à l'Assemblée fédérale. Il y a quelques arguments en faveur de la minorité de Courten, mais il nous semble que la divergence avec le Conseil des États n'est pas assez importante pour qu'on la maintienne.


Pour le maintien de la prévoyance au niveau du dernier gain assuré, nous vous invitons à soutenir la minorité Prelicz-Huber. Il nous semble qu'il s'agit ici de protéger celles et ceux qui veulent garantir leurs avoirs de pension et leur future rente, quand bien même ils ne seraient plus dans une institution parce qu'ils n'ont plus accès au marché du travail. Il faut leur permettre de maintenir leur prévoyance en continuant à contribuer, selon le projet qui vous a été soumis. En ce qui concerne les possibilités de rachat, nous vous invitons à suivre la minorité Mettler qui propose de suivre le Conseil des Etats.


Quand les assurés complètent leur avoir, il faut qu'ils compensent d'abord la partie légale. Il est simplement logique qu'ils remplissent d'abord à nouveau les prestations au niveau de la loi et qu'ensuite ils puissent investir dans le sur-obligatoire. C'est ça qui devrait être fait. C'est ce que vous propose la minorité Mettler. Je vous invite à suivre les propositions faites par le groupe socialiste dans ce bloc.

2 vues0 commentaire
bottom of page