top of page

Le Parti socialiste vaudois prend parti pour le pouvoir d’achat

Le Parti socialiste vaudois (PSV) tenait aujourd’hui à Lausanne, dans le quartier de la

Bourdonnette, sa conférence de presse pour lancer la campagne pour le Conseil national. L’occasion pour Alexandre Démétriadès, vice-président du PSV, Naim Smakiqi, Séverine Graff, Jessica Jaccoud, Roger Nordmann, et Pierre-Yves Maillard, candidat·e·s, de parler du programme, divisé en sept thématiques (salaires, retraites, énergie, accueil de jour, logement, coûts de la santé et transports publics).


Alexandre Démétriadès, vice-président du PSV, a commencé par présenter l’axe principal du programme : le pouvoir d’achat. Il a rappelé que cet axe a toujours été partie intégrante de l’ADN du PSV. Cette thématique vise l’ensemble des classes populaire et moyenne de la population vaudoise, particulièrement touchées par l’érosion de leur pouvoir d’achat. Il a également mentionné que l’objectif pour cette campagne est la progression du PS, au détriment des partis bourgeois et non pas des allié·e·s de gauche. La manière de faire campagne a également été abordée : le PSV est déterminé à faire une campagne de terrain à aller à la rencontre des gens et surtout, à les écouter ; cette manière de faire a toujours été centrale dans l’ADN du PS.


« Dominée par la droite et son agenda néolibéral, l’Assemblée fédérale actuelle a démontré à de nombreuses reprises qu’elle ne souhaite pas apporter une réponse à la crise du pouvoir d’achat qui touche de plein fouet les classes moyennes et populaires. En se battant pour des salaires corrects, de meilleures retraites ou encore pour des logements accessibles, le Parti socialiste sera le véritable porte-parole de la population qui attend que le pouvoir d’achat devienne une priorité politique à Berne. » Alexandre Démétriadès, Vice-président du PSV, député et municipal nyonnais

Naim Smakiqi, Séverine Graff, Jessica Jaccoud et Roger Nordmann, candidat·e·s au Conseil national, ont ensuite présenté le programme dans le détail. Le PSV a décidé de diviser le pouvoir d’achat en sept thématiques, qui ont été présentées à la presse : les salaires, les retraites, l’énergie, l’accueil de jour, les logements, les coûts de la santé et les transports publics.


Pierre-Yves Maillard, candidat au Conseil des Etats, a rappelé l’importance d’avoir plus d’élu·e·s socialistes aux Chambres fédérales. « La droite a fait passer le principe de faire un contre-projet pour une augmentation automatique de l’âge de la retraite en cas de besoin financier par une seule voix. L’indexation complète des rentes AVS avait aussi été refusée à très peu de voix d’écart. ».


Source : Le Parti Socialiste Vaudois Sur instagram

Sur facebook

Sur Télégram

4 vues0 commentaire
bottom of page